Qu’est-ce que les Tabi ?

Les tabi (足袋, littéralement « sac à pied »), sont des chaussettes traditionnelles japonaises. Elle n’ont pas grand-chose à voir avec nos chaussettes. Il s’agit ici d’une chaussette séparant le gros orteil des 4 autres ce qui permet de la porter avec les Geta. La tabi est en coton avec une semelle rigide qui lui donne le même confort qu’une paire de pantoufle et s’attache par l’arrière.

Son histoire

Elle tire ses origines courant 8ème siècle. Appelé la tampi elle était en cuir. Peu à peu la chaussette évolue pour prendre le nom de Tabi. La production est en coton. Malheureusement le coton se fait rare au japon et seulement les plus aisé peuvent se permettre de porter les Tabi.
Ce n’est qu’à l’ouverture du commerce avec la Chine que le Japon a pu importer le coton en masse.

Tous les japonais pouvait porter des tabi, mais selon la classe social il y avait des restrictions de couleur : bleu pour le peuple, toutes les couleurs pour les nobles et principalement le violet et le doré..

Aujourd’hui c’est un accessoire de mode, les tabi blanches étant principalement porté pour les événements important tel que les mariages ou cérémonies du thé.

La chaussette peut parfois monter jusqu’à mi mollet et se décliner en diverses couleurs et motifs. On trouve également les jika-tabi (地下足袋, littéralement « tabi pour la terre ») qui comme son nom l’indique sont faites pour aller dehors.

Lieu de fabrication

Gyōda est une ville de la préfecture de Saitama au nord de Tokyo. Ville chargé d’histoire vous y trouverez notamment Kodai hasu-no-sato (le parc aux fleurs de lotus antique). Bordée par les rivières elle cultivait autre fois coton et indigo. Cette culture de coton à conduit à la production de Tabi. Avec l’époque de la modernisation les ateliers de tabi se sont équipés en machines. Gyōda est aujourd’hui la principal ville productrice de tabi.